« Je ne sais pas ce que je fais »

                                       Rom 7, 16

Affectivité et sexualité dans la vie chrétienne

 

L’apôtre Paul confesse avoir fait l’expérience d’une division intérieure, plus encore il confesse un échec intime : une  part de lui-même échappe à sa volonté et reste réfractaire à toute autorité. Or il ne s’agit pas seulement d’une défaite de la volonté, car cet involontaire se retourne contre lui : « Le bien que je veuxje ne le fais pas; mais le mal que je hais, je le fais ».  On doit  respecter la pudeur avec laquelle il confesse sa faiblesse, même si cette confession si personnelle rejoint sans nul doute  l’expérience universelle de tout homme quand il se reconnaît être sous l’emprise de d’affects ou de pulsions.

 

L’affectivité est caractéristique de la conscience, elle décrit l’ensemble des émotions et sentiments qui naissent  de la perception de telle ou telle image ou objet qui me pousse à me dire : Qu’est-ce que c’est ? Et qu’est-ce que je ressens ? Le terme de sexualité, qui relève d’une expérience plus inconsciente et dépasse la simple génitalité, décrit ce qui nous oblige à aller vers l’autre. Pourtant il n’est pas toujours aisé de l’intégrer et d’assumer son aspect pulsionnel. Ces difficultés débordent le plan intime et viennent compliquer la nature même de nos relations interpersonnelles, que nous le voulions ou pas. Avec nos proches, ceux dont nous avons la charge ou la responsabilité, et même certainement avec Dieu.

 

D’où la question sous-jacente de ce colloque :

 

Quel sens peut-on donner à l’affectivité et la sexualité dans la vie chrétienne ?

 

ADEODAT / ACP

20 rue d'Italie

13100 Aix-en-Provence

 

Mail : info@adeodat.net

 

Formulaire d'inscription :

cliquez ici